BLA BLA & REFLEXIONS

5 ans sans télé

art-3098165_1280

Depuis 5 ans, nous n’avons pas de télé à la maison.

« Quoi ?! Mais tu fais quoi alors quand tu rentres chez toi ? Tu dois te faire c**** ! »

Voilà la réaction de la plupart de mes interlocuteurs. Revenons donc sur ce choix de vie.

Depuis que nous nous sommes installés ensemble mon chéri et moi, nous avons fait le choix de ne pas racheter de télé (celle que j’avais chez moi lorsque je vivais seule a rendu l’âme et j’ai dû m’en séparer). Le concernant, il était plutôt du genre à geeker sur son ordinateur et donc la télé n’était pas pour lui primordiale, à part pour jouer sur une console, chose que nous n’avions pas. Donc ça n’était pas un sacrifice pour lui.

En revanche je me suis posé la question suivante : pourquoi avais-je une télévision dans mon ancien appartement ? La réponse fût immédiate : pour ne pas subir le silence et simuler une présence chez moi. En effet, je vivais seule, j’avais une certaine tendance à la mélancolie et l’absence de bruit (je ne parle pas de musique mais davantage de conversations) était parfois source d’angoisses pour moi. J’allumais donc mon poste lorsque je rentrais à la maison et j’avais moins cette sensation de solitude.

Avoir une télé est une pratique banale, normale, la plupart des gens en ont une, c’est un meuble comme un autre qui a une place à lui dans un foyer.

Ce que je rejette dans le fait de regarder la télé c’est le côté abrutissant auquel elle nous conduit. La plupart des programmes proposés sont dénués d’intérêt et ils symbolisent pour moi une énorme perte de temps. Je déplore la télé-réalité, les émissions de divertissements et autres qui obnubilent les adolescents (et malheureusement les adultes aussi) et qui ne m’apportent rien à part de l’énervement et du temps perdu.

J’avais l’habitude de regarder le journal de 20 h, mais bien vite j’ai compris que ce que nous appelons « les informations » n’en sont pas vraiment. Elles sont bourrées de fausses vérités, et les chaînes sont la plupart du temps dirigées par des PDG de grands groupes et orientées politiquement. Je refuse qu’on m’apprenne à penser et qu’on influence mon comportement.

Il en est de même pour la publicité, dont nous le savons tous, le rôle est de nous pousser à la consommation. Elle a eu bien souvent sur moi un effet de culpabilité et de comparaison assez néfaste.

Aujourd’hui je regarde tout ce que je veux sur mon ordinateur – il faut dire qu’on trouve tout maintenant! – donc je ne me prive pas de séries, reportages (parfois en replay) et films. Tout d’abord c’est moins frustrant que d’attendre qu’il soit diffusé à une heure qui ne me convient pas forcément, et ensuite je trouve plus intéressante et saine la démarche d’aller rechercher un programme précis car alors je ne regarderai pas quelque chose par défaut parce qu’il n’y a rien d’intéressant à ce moment là à la télé. Vous comprenez ? En gros je ne suis plus dépendante d’un point de vu temporel, et je fais mes choix au niveau de ce que je visionne. Je me revois ado « zapper » sur les chaînes et finalement regarder le truc le « moins pire » qui passait à ce moment-là. C’est tellement dommage….

IMG_0260.psdbis

Mais me direz-vous, qu’est ce que j’ai gagné à ne plus regarder la TV ?

Premièrement LE SILENCE !! Quel bonheur de rentrer chez soi après une journée fatigante et de ne pas être agressée par des voix, des sons, du bruit… ! Et oui, c’est paradoxal avec ce que je disais au début, mais le fait est que j’ai appris à apprécier le calme, et qu’aujourd’hui je n’ai plus besoin d’être « rassurée » dans mon propre chez moi. Je rentre et je savoure la tranquillité, la présence de mes chats, et ça me permet aussi de prendre du temps pour moi, « avec moi », c’est-à-dire dans ma tête. Car lorsque nous sommes assaillis par des sons divers nous avons tendance à oublier de penser et se retrouver soi-même. Je trouve aujourd’hui dommage de ne pas l’avoir fait avant, d’avoir cherché à tout prix à fuir le silence, à ne pas réfléchir et à être déjà distraite par autre chose à peine le calme revenu.

IMG_0267.psdbis

Deuxièmement, LA CULTURE ! Et oui, avant par défaut ou flemme il m’arrivait de regarder des émissions de m**** et je m’abrutissais. A présent je suis presque anxieuse à l’idée de perdre du temps et du savoir devant ces choses. Je suis davantage attirée par des reportages, des témoignages, des émissions précises qui me cultivent, qui m’apportent quelque chose, et qui ne vont pas me laisser vide une fois mon écran éteint.

Troisièmement DU TEMPS ! Et là c’est un peu la catégorie fourre-tout, parce que le temps que je gagne je l’utilise pour pleinnnn de choses ! Activités, sorties, lecture (que je n’avais pas arrêté mais que je fais dorénavant davantage à mon plus grand plaisir). Je passe aussi pas mal de temps avec mon chéri (et on regarde également des films ensemble bien sûr :)), on prend le temps de discuter le soir et ça fait du bien. Je fais des choses que je m’étais promise de faire et que je reportais parce que je pensais ne pas avoir le temps (haha !).

IMG_0279.psdbis

Beaucoup me disent que s’ils regardent la télé c’est pour se distraire, ne penser à rien, se reposer. Certes c’est une chose que nous recherchons tous. Et j’en reviens alors au calme, à d’autres activités qui ne vont pas me bousiller les yeux et remplir mon cerveau de chamallow 😊

Moi qui suis nase en maths, j’ai tout de même réussi à faire un calcul qui m’a un peu laissée sur le c**. Si je considère que je regardais la télé en moyenne 3 heures par jour, soit 21 heures par semaine… Ça m’amène à plus de 1000 heures par an (et on ne parle pas des vacances…). Multipliées par le nombre d’années de visionnage, je trouve le résultat bien élevé par rapport à la quantité et la qualité de choses vraies et intéressantes que j’ai dû apprendre sur mon canapé…

Des points négatifs ?

Je dois simplement dire que oui, parfois ce choix de vie m’exclue de certaines conversations parce que je n’ai pas suivi les dernières ruptures des candidats de telle émission. Mais franchement, est-ce si grave ?

 

2 commentaires sur “5 ans sans télé

  1. Je vois la télévision comme un moyen de me divertir et de m’informer. Il suffit juste de trouver le bon dosage. Je sais que pour ce qui est des infos je regarde le jt, qui au final est quasiment ma seule interaction avec la tv. Mais je ne me focalise pas sur une seule chaîne afin d’éviter le problème d’orientation politiques et je recoupe toujours avec la radio & internet.
    Mais je remarque que je m’éloigne de plus en plus de la télévision qui devient à mon goût d’une pauvreté dans nom…

    Aimé par 1 personne

  2. Je suis d’accord avec toi, j’ai jamais eu de télévision en étant étudiante et ça ne m’a JAMAIS manqué.
    J’ai vraiment remarqué cette année le fossé entre les gens qui avaient un télé et moi qui n’en ai pas. J’ai été confronté aux mêmes conversations que tu décris : « T’as vu?? Brian s’est séparé de Melissa »
    « Non je regarde pas … »
    « Ah oui c’est vrai… » #findelaconversation#
    Par contre je me pose la même question par rapport au web. En prenant du recul , je me vois passer beaucoup de temps sur mon PC, à lire beaucoup de choses, voir beaucoup d’images, des vidéos… Des choses que je ne vais pas forcément « chercher » mais qui me sont « montrées » que je le veuille ou non. J’aimerai décrochée un peu plus du PC aussi…

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s